Absorber l’énergie des autres…

Encore une fois, c’est Facebook qui m’apporte ça. Cet article date donc du 21 septembre 2016.

Bien. Lisons ça de façon détachée, et on apprend que les plantes peuvent tirer son énergie d’ailleurs que le CO2 qu’elle utilise habituellement pour vivre, en la prenant chez les autres plantes. Et après un peu de blabla, on peut en conclure que si vous êtes dans un certain état émotionnel, c’est parce que c’est Michel de la compta qui vous absorbe votre énergie. Voilà, vous savez tout, c’est scientifiquement prouvé.

Hum, regardons maintenant l’article en détail, qui étaye un peu sa thèse. Il est fait mention d’une étude, cité par nature.com (indice de fiabilité plus que correct) qui raconte qu’une espèce d’algue peut utiliser d’autres algues à proximité pour survivre quand les conditions de photosynthèse ne sont plus là. Histoire d’en savoir plus, on parcours l’article de nature.com, qui est plutôt velu. Je fais un rapide tour sur mon moteur de recherche préféré, et je choisi la facilité de parcourir rapidement wikipédia qui me confirme ce que j’avais compris de nature, qui est d’ailleurs cité en source dans l’article étdudié, et dans fr.wikipedia. Mais j’ai un doute. Je bascule sur la page wiki anglais, et je découvre que la page n’est pas cité. Encore une petite recherche portant cette fois sur une des personnes ayant participé à l’étude,et on tombe sur la page de l’université en question, ou bien encore une liste de papiers citant l’étude. Bref, l’étude est tout à fait réglo, au moins jusqu’à ce qu’on prouve le contraire.

On nous raconte ensuite qu’Olivia Bader-Lee, médecin et thérapeute, a suivi l’étude pour conclure que :

Le corps humain est très similaire à une plante qui absorbe l’énergie nécessaire pour alimenter votre état émotionnel, qui peut stimuler les cellules et augmenter le taux de cortisol, se cataboliser, et qui nourrit les cellules en fonction du besoin émotionnel

La suite part un peu en cacahuète et je ne sais pas trop comment on est passé d’une étude sérieuse sur une algue à un lien perdu entre l’homme et le surnaturel. Déjà, c’est qui Olivia Bader-Lee ? Elle est cité dans les sources de l’article, qui date du 15 août 2016 (et d’une copie conforme qui date du 21 août) mais bon, on va pas chercher trop longtemps, car la source c’est un blog sur les films d’horreur tenu par des fans de paranormal. Notre cher Olivia n’existe qu’au travers des articles qui la cite, mais impossible d’avoir confirmation de son existence. A part peut être par ici, ou elle est utilisé pour analyser d’autre résultat de la même équipe de recherche. En creusant un peu j’ai trouvé une vieille version de l’article sur le même site, puis la source ultime semble être par , rédigé par un certain Micheal Forrester, conseiller spirituel.

Ce qui est plutôt rigolo ici, c’est que l’article original par d’une base scientifique réelle, puis à l’aide d’une personne fantôme (cela dit, pour un blog de paranormal c’est censé) nous propulse dans une comparaison entre une algue unicellulaire l’être humain. La comparaison entre un être vivant unicellulaire et l’homme me semble assez maladroite. Et quand même rapidement on se dit que c’est un peu du pipeau. Pour le reste, ça se repompe d’année en année.

Ce qu’on retiendra de tout ça, c’est surtout qu’une algue peut capter son CO2 autrement qu’avec la photosynthèse !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.